Accueil - Missel - Sanctoral

09/11 Dédicace de l’Archibasilique du Très Saint Sauveur

Version imprimable de cet article Version imprimable Partager


Sommaire

  Introduction  
  Histoire et Signification: l'autel du Latran, centre de la liturgie catholique  
  Textes de la Messe  
  Office  
  Dom Guéranger, l’Année Liturgique  
  Bhx Cardinal Schuster, Liber Sacramentorum  
  Dom Pius Parsch, le Guide dans l’année liturgique  

Le pape St Pie V étendit la fête de la dédicace de la cathédrale de Rome au calendrier universel en 1568 comme double. Léon XIII en fit un double majeur en 1897, et St Pie X un double de IIe classe qui prime donc ainsi sur le dimanche.

Même si ces deux fêtes sont distinctes, la liturgie, au bréviaire unit la dédicace du Latran et celles des deux basiliques de Saint-Pierre et de Saint-Paul : à l’Office, en effet [1], les lectures du 1er nocturne se suivent (Livre de l’Apocalypse [2]) et au 3ème nocturne, on lit le 9 novembre l’homélie prévue pour l’anniversaire de la dédicace (St Ambroise) et le 18 novembre, l’homélie prévue pour l’octave de la dédicace (St Grégoire).

Introduction

La constitution divine de l’Église est hiérarchique, hiérarchie des ministères du Pape aux évêques par la succession apostolique, de l’évêque au curé par la mission donnée par le Pasteur du Diocèse, du curé aux fidèles par l’éminente responsabilité du curé sur chacune des âmes du peuple de Dieu qui lui sont ainsi confiées par l’Église.

Cette hiérarchie se retrouve exprimée de manière liturgique par la hiérarchie des Autels. Les cérémonies d’installation de chaque nouveau successeur de Pierre se terminent par son installation sur la cathèdre de sa cathédrale et la célébration de sa première messe sur l’autel majeure de cette cathédrale, la basilique du Latran. Chaque année, l’Église convoque les fidèles pour l’anniversaire de la dédicace de cette « cathédrale des cathédrales » le 9 novembre.

Devant son autel cathédral, l’évêque de chaque diocèse paraît dans tout l’éclat de sa plénitude sacerdotale. Sanctificateur premier de son troupeau, il exerce sa primauté par excellence chaque fois qu’il célèbre dans l’Église Mère du diocèse, qu’il y confère les saints ordres ou consacre les saintes huiles qui serviront aux sacrements dispensés dans son diocèse. Comme pour la cathédrale du Pape, l’Église convoque les fidèles à l’anniversaire de la dédicace de l’Église Mère du diocèse.

Pour soumettre à l’action vivifiante de son sacerdoce jusqu’aux extrémités les plus reculées de son diocèse, l’évêque détache des prêtres et les envoie avec mission « d’offrir, de bénir de présider, d’instruire et de baptiser » en dépendance de lui, chacun devant l’autel paroissial que lui ou ses prédécesseurs ont dressé et consacré. Comme les prêtres dépendent de leur évêque, ainsi les églises paroissiales dépendent de l’Église Mère du diocèse.

L’extension du royaume surnaturel du Christ dans les âmes par le rayonnement de sa lumière et la diffusion de sa vie constitue une œuvre de conquête conduite par la hiérarchie sacerdotale de l’Église militante, qui, au fur et à mesure qu’elle enseigne les nations et les baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, les groupe autour de ses autels comme autour d’autant de foyers où elle leur départit sans mesure la vie surnaturelle, la vie divine, la grâce qui émane de la plénitude du Christ. Dans un diocèse, les autels paroissiaux constituent les bornes miliaires de la prise de possession du royaume des âmes par l’Église.

Non seulement les fidèles sont convoqués chaque année pour l’anniversaire de la dédicace de leur église paroissiale, mais la liturgie en fait la solennité le dimanche suivant.

Histoire et Signification: l'autel du Latran, centre de la liturgie catholique

Voir l’article : La hiérarchie des Autels

Textes de la Messe

die 9 novembris
le 9 novembre
IN DEDICATIONE ARCHIBASILICÆ SSMI SALVATORIS
DÉDICACE DE L’ARCHIBASILIQUE DU T. SAINT SAUVEUR
II classis (ante CR 1960 : duplex II classis)
IIème classe (avant 1960 : double de IIème classe)
Missa Terribilis, de Communi Dedicationis Ecclesiæ. Et fit Commemoratio S. Theodori Mart., ut in Missa sequenti ; ac dicitur Credo.Messe Terribilis, du Commun de la Dédicace des Eglises. Et on fait Mémoire de St Théodore Martyr, comme à la messe suivante. Et on dit le Credo.
Ant. ad Introitum. Gen. 28, 17.Introït
Terríbilis est locus iste : hic domus Dei est et porta cæli : et vocábitur aula Dei.Ce lieu est terrible : c’est la maison de Dieu et la porte du ciel, et on l’appellera le palais de Dieu.
Ps. 83, 2-3.
Quam dilécta tabernácula tua, Dómine virtútum ! concupíscit, et déficit ánima mea in átria Dómini.Que vos tabernacles sont aimables, ô Dieu des armées ! Mon âme soupire et languit après les parvis du Seigneur.
V/.Glória Patri.
Oratio.Collecte
Deus, qui nobis per síngulos annos huius sancti templi tui consecratiónis réparas diem, et sacris semper mystériis repæséntas incólumes : exáudi preces pópuli tui, et præsta ; ut, quisquis hoc templum benefícia petitúrus ingréditur, cuncta se impetrásse lætétur. Per Dóminum.O Dieu, qui renouvelez chaque année en notre faveur le jour où ce saint temple vous a été consacré, et qui nous conservez en état d’assister à vos saints mystères, exaucez les prières de votre peuple et accordez à quiconque entrera dans ce temple pour demander vos grâces, la joie de les avoir obtenues.
Et fit commemoratio S. Theodori Mart. :Et on fait mémoire de St Théodore, Martyr :
Oratio.Collecte
Deus, qui nos beáti Theodóri Mártyris tui confessióne gloriósa circúmdas et prótegis : præsta nobis ex eius imitatióne profícere, et oratióne fulcíri. Per Dóminum nostrum.O Dieu, qui nous donnez la glorieuse profession de foi de votre bienheureux Martyr Théodore, comme appui et protection, accordez-nous la grâce de profiter de ses exemples, et d’être soutenus de ses prières.
Léctio libri Apocalýpsis beáti Ioánnis Apóstoli.Lecture de l’Apocalypse de saint Jean Apôtre.
Apoc. 21, 2-5.
In diébus illis : Vidi sanctam civitátem Ierúsalem novam descendéntem de cælo a Deo, parátam sicut sponsam ornátam viro suo. Et audívi vocem magnam de throno dicéntem : Ecce tabernáculum Dei cum homínibus, et habitábit cum eis. Et ipsi pópulus eius erunt, et ipse Deus cum eis erit eórum Deus : et abstérget Deus omnem lácrimam ab óculis eórum : et mors ultra non erit, neque luctus neque clamor neque dolor erit ultra, quia prima abiérunt. Et dixit, qui sedébat in throno : Ecce, nova fácio ómnia.En ces jours-là, je vis la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux. Et j’entendis une voix forte venant du trône, qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes, et il habitera avec eux ; et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux, comme leur Dieu ; et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort n’existera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car ce qui était autrefois a disparu. Alors celui qui était assis sur le trône dit : Voici, je vais faire toutes choses nouvelles.
Graduale. Graduel
Locus iste a Deo factus est, inæstimábile sacraméntum, irreprehensíbilis est.Ce lieu a été fait par Dieu même : c’est un mystère inappréciable, il est exempt de toute souillure.
V/. Deus, cui astat Angelórum chorus, exáudi preces servórum tuórum.V/. O Dieu devant qui se tient le chœur des Anges, exaucez la prière de vos serviteurs.
Allelúia, allelúia. V/. Ps. 137, 2. Adorábo ad templum sanctum tuum : et confitébor nómini tuo. Allelúia.Allelúia, allelúia. V/. J’adorerai dans votre saint temple, et je célébrerai votre nom. Alléluia.
+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Lucam.Lecture du Saint Evangile selon saint Luc.
Luc. 19, 1-10.
In illo témpore : Ingréssus Iesus perambulábat Iéricho. Et ecce, vir nómine Zachǽus : et hic princeps erat publicanórum, et ipse dives : et quærébat vidére Iesum, quis esset : et non póterat præ turba, quia statúra pusíllus erat. Et præcúrrens ascéndit in arborem sycómorum, ut vidéret eum ; quia inde erat transitúrus. Et cum venísset ad locum, suspíciens Iesus vidit illum, et dixit ad eum : Zachǽe, féstinans descénde ; quia hódie in domo tua opórtet me manére. Et féstinans descéndit, et excépit illum gaudens. Et cum vidérent omnes, murmurábant, dicéntes, quod ad hóminem peccatórem divertísset. Stans au tem Zachǽus, dixit ad Dóminum : Ecce, dimídium bonórum meórum, Dómine, do paupéribus : et si quid áliquem defraudávi, reddo quádruplum. Ait Iesus ad eum : Quia hódie salus dómui huic facta est : eo quod et ipse fílius sit Abrahæ. Venit enim Fílius hóminis quǽrere et salvum fácere, quod períerat.En ce temps-là, Jésus étant entré dans Jéricho, traversait la ville. Et voici qu’un homme, nommé Zachée, chef des publicains, et fort riche, cherchait à voir qui était Jésus ; et il ne le pouvait à cause de la foule, parce qu’il était petit de taille. Courant donc en avant, il monta sur un sycomore pour le voir, parce qu’il devait passer par là. Arrivé en cet endroit, Jésus leva les yeux ; et l’ayant vu, il lui dit : Zachée, hâte-toi de descendre ; car, aujourd’hui, il faut que je demeure dans ta maison. Zachée se hâta de descendre, et le reçut avec joie. Voyant cela, tous murmuraient, disant qu’il était allé loger chez un homme pécheur. Cependant Zachée, se tenant devant le Seigneur, lui dit : Seigneur, voici que je donne la moitié de mes biens aux pauvres ; et si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple. Jésus lui dit : Aujourd’hui le salut a été accordé à cette maison, parce que celui-ci est aussi un fils d’Abraham. Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.
CredoCredo
Ant. ad Offertorium. 1. Paral. 29, 17 et 18.Offertoire
Dómine Deus, in simplicitáte cordis mei lætus óbtuli univérsa ; et pópulum tuum, qui repertus est, vidi cum ingénti gáudio : Deus Israël, custódi hanc voluntátem, allelúia.Seigneur, mon Dieu, je vous ai offert toutes ces choses dans la simplicité de mon coeur et avec joie ; et j’ai été ravi de voir aussi tout ce peuple assemblé, ô Dieu d’Israël, conservez cette volonté, alléluia.
Secreta.Secrète
Annue, quǽsumus, Dómine, précibus nostris : ut, dum hæc vota præséntia réddimus, ad ætérna prǽmia, te adiuvánte, perveníre mereámur. Per Dóminum.Nous vous en supplions, Seigneur, accueillez favorablement nos prières et qu’en nous acquittant de nos vœux dans la vie présente, nous méritions de parvenir, grâce à votre secours, aux récompenses éternelles.
Pro S. TheodoroPour St Théodore
SecretaSecrète
Súscipe, Dómine, fidélium preces cum oblatiónibus hostiárum : et, intercedénte beáto Theodóro Mártyre tuo, per hæc piæ devotiónis offícia ad cæléstem glóriam transeámus. Per Dóminum.Agréez, Seigneur, les prières des fidèles avec l’offrande des hosties, et faites que le bienheureux Théodore, votre Martyr, intercédant en notre faveur, nous parvenions, en accomplissant ces devoirs d’une pieuse dévotion, à la gloire céleste.
In aliquibus diœcesibus, Præfatio de Dedicatione Ecclesiæ.Dans certains diocèses, Préface de la Dédicace .
Ant. ad Communionem. Matth. 21, 13.Communion
Domus mea domus oratiónis vocábitur, dicit Dóminus : in ea omnis, qui pétii, accipit ; et qui quærit, invénit ; et pulsánti aperiétur.Ma maison sera appelée une maison de prière, dit le Seigneur. Quiconque y demande reçoit ; et celui qui cherche trouve ; et on ouvrira à celui qui frappe.
Postcommunio.Postcommunion
Deus, qui de vivis et electis lapídibus ætérnum maiestáti tuæ prǽparas habitáculum : auxiliáre pópulo tuo supplicánti ; ut, quod Ecclésiæ tuæ corporálibus próficit spátiis, spirituálibus amplificétur augméntis. Per Dóminum nostrum. O Dieu qui préparez un temple éternel à votre majesté au moyen de pierres vivantes et choisies, venez en aide à votre peuple suppliant, afin que ce qui est utile à votre Église en fait d’espaces matériels soit l’occasion d’accroissements spirituels.
Pro S. TheodoroPour St Théodore