Accueil - Bréviaire - Temporal - Temps du Carême - Carême proprement dit

Vêpres du 1er dimanche de Carême

1960.


Ad VesperasA Vêpres [1]
V/. Deus, in adiutórium meum inténde.V/. Dieu, songez à me secourir.
R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.R/. Seigneur, hâtez-vous de venir à mon aide..
Glória Patri. Sicut erat. Laus tibi, Dómine, Rex ætérnæ glóriæ.Gloire au Père. Comme il était. Louange à vous Seigneur, Roi de Gloire éternelle. [2]
Ant. 1 Dixit Dóminus * Dómino meo : Sede a dextris meis.Ant. 1 Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Asseyez-vous à ma droite.
I Psalmus 109 Psaume 109
Dixit Dómino meo : * sede a dextris meis :
Donec ponam inimícos tuos, * scabéllum pedum tuórum.
Virgam virtútis tuæ emíttet Dóminus ex Sion : * domináre in médio inimicórum tuórum.
Tecum princípium in die virtútis tuæ in splendóribus sanctórum : * ex útero ante lucíferum génui te.
Iurávit Dóminus, et non pœnitébit eum : * Tu es sacérdos in ætérnum secúndum órdinem Melchísedech.
Dóminus a dextris tuis, * confrégit in die iræ suæ reges.
Iudicábit in natiónibus, implébit ruínas : * conquassábit cápita in terra multórum.
De torrénte in via bibet : * proptérea exaltábit caput.
Le Seigneur a dit à mon Seigneur : [3] * Asseyez-vous à ma droite. [4]
Jusqu’à ce que je fasse de vos ennemis * l’escabeau de vos pieds.
Le Seigneur fera sortir de Sion la verge de votre puissance ; * dominez au milieu de vos ennemis.
Avec vous est le principe au jour de votre puissance, dans les splendeurs des saints : * c’est de mon sein qu’avant que l’aurore [existât] je vous ai engendré.
Le Seigneur a juré et il ne s’en repentira point : * Vous êtes prêtre pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédech. [5]
O Dieu, le Seigneur est à votre droite : * il a brisé des rois au jour de sa colère.
Il exercera ses jugements parmi les nations, qu’il remplira de ruines, * il écrasera sur la terre les têtes d’un grand nombre.
Il boira du torrent dans le chemin : * c’est pour cela qu’il lèvera la tête. [6]
Ant. Dixit Dóminus Dómino meo : Sede a dextris meis.Ant. Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Asseyez-vous à ma droite.
Ant. 2 Magna ópera Dómini : * exquisíta in omnes voluntátes eius.Ant. 2 Grandes sont les œuvres du Seigneur et parfaitement conformes à toutes ses volontés.
2 Psalmus 110 Psaume 110
Confitébor tibi, Dómine, in toto corde meo : * in consílio iustórum, et congregatióne.
Magna ópera Dómini : * exquisíta in omnes voluntátes eius.
Conféssio et magnificéntia opus eius : * et iustítia eius manet in sǽculum sǽculi.
Memóriam fecit mirabílium suórum, miséricors et miserátor Dóminus : * escam dedit timéntibus se.
Memor erit in sǽculum testaménti sui : * virtútem óperum suórum annuntiábit pópulo suo :
Ut det illis hereditátem géntium : * ópera mánuum eius véritas, et iudícium.
Fidélia ómnia mandáta eius : confirmáta in sǽculum sǽculi, * facta in veritáte et æquitáte.
Redemptiónem misit pópulo suo : * mandávit in ætérnum testaméntum suum.
Sanctum, et terríbile nomen eius : * inítium sapiéntiæ timor Dómini.
Intelléctus bonus ómnibus faciéntibus eum : * laudátio eius manet in sǽculum sǽculi.
Je vous louerai, Seigneur, en tout mon cœur ; * au conseil des justes et dans l’assemblée.
Grandes sont les œuvres du Seigneur ; * parfaitement conformes à toutes ses volontés. [7]
Son œuvre est louange et magnificence, * et sa justice demeure dans les siècles des siècles. [8]
Il a fait un mémorial de ses merveilles, le Seigneur miséricordieux et compatissant ; * il a donné une nourriture à ceux qui le craignent. [9]
II se souviendra à jamais de son alliance, * il annoncera la puissance de ses œuvres à son peuple.
Afin de leur donner l’héritage des nations : * les œuvres de ses mains sont vérité et justice.
Tous ses commandements sont fidèles, confirmés dans les siècles des siècles, * faits selon la vérité et l’équité. [10]
II en a envoyé la rédemption à son peuple : * il a établi pour l’éternité son alliance.
Saint et terrible est son nom ; [11] * le commencement de la sagesse est la crainte du Seigneur. [12]
La bonne intelligence est à tous ceux qui agissent conformément à cette crainte ; * sa louange demeure dans les siècles des siècles.
Ant. Magna ópera Dómini : * exquisíta in omnes voluntátes eius.Ant. Grandes sont les œuvres du Seigneur et parfaitement conformes à toutes ses volontés.
Ant. 3 Qui timet Dóminum, * in mandátis eius cupit nimis.Ant. 3 Celui qui craint le Seigneur mettra sa volonté très grandement (à observer) ses commandements.
3 Psalmus 111 Psaume 111
Beátus vir, qui timet Dóminum : * in mandátis eius volet nimis.
Potens in terra erit semen eius : * generátio rectórum benedicétur.
Glória, et divítiæ in domo eius : * et iustítia eius manet in sǽculum sǽculi.
Exórtum est in ténebris lumen rectis : * miséricors, et miserátor, et iustus.
Iucúndus homo qui miserétur et cómmodat, dispónet sermónes suos in iudício : * quia in ætérnum non commovébitur.
In memória ætérna erit iustus : * ab auditióne mala non timébit.
Parátum cor eius speráre in Dómino, confirmátum est cor eius : * non commovébitur donec despíciat inimícos suos.
Dispérsit, dedit paupéribus : iustítia eius manet in sǽculum sǽculi, * cornu eius exaltábitur in glória.
Peccátor vidébit, et irascétur, déntibus suis fremet et tabéscet : * desidérium peccatórum períbit.
Bienheureux l’homme qui craint le Seigneur, * il mettra sa volonté très grandement [à observer] ses commandements.
Sa postérité [13] sera puissante sur la terre : * la génération des justes sera bénie.
Gloire et richesses sont dans sa maison ; [14] * et sa justice demeure dans tes siècles des siècles. [15]
II s’est élevé dans les ténèbres une lumière pour les [hommes] droits : * (le Seigneur) est miséricordieux, compatissant et juste.
Agréable est l’homme qui a de la pitié et qui prête, [16] il réglera ses discours avec jugement ; * parce qu’il ne sera jamais ébranlé.
Le juste sera éternellement en mémoire : * il ne craindra pas d’entendre mal parler [de lui]. [17]
Son cœur est prêt à espérer dans le Seigneur ; son cœur est affermi * il ne sera pas ébranlé, jusqu’à ce qu’il méprise ses ennemis.
Il a répandu [ses bienfaits], donné aux pauvres : sa justice demeure dans les siècles des siècles, * il sera élevé dans la gloire par la puissance [18] de Dieu.
Le pécheur verra, et il sera irrité : il grincera des dents, et se consumera ; * le désir des pécheurs périra.
Ant. Qui timet Dóminum, * in mandátis eius cupit nimis.Ant. Celui qui craint le Seigneur mettra sa volonté très grandement (à observer) ses commandements.
Ant. 4 Sit nomen Dómini * benedíctum in sǽcula.Ant. 4 Que le nom du Seigneur soit béni à jamais.
4 Psalmus 112 Psaume 112
Laudáte, púeri, Dóminum : * laudáte nomen Dómini.
Sit nomen Dómini benedíctum, * ex hoc nunc, ut usque in sǽculum.
A solis ortu usque ad occásum, * laudábile nomen Dómini.
Excélsus super omnes gentes Dóminus, * et super cælos glória eius.
Quis sicut Dóminus, Deus noster, qui in altis hábitat, * et humília réspicit in cælo et in terra ?
Súscitans a terra ínopem, * et de stércore érigens páuperem :
Ut cóllocet eum cum princípibus, * cum princípibus pópuli sui.
Qui habitáre facit stérilem in domo, * matrem filiórum lætántem.
Louez le Seigneur, enfants, [19] * louez le nom du Seigneur.
Que le nom du Seigneur soit béni, * dès ce moment et jusqu’à jamais.
Du lever du soleil à son couchant, [20] * louable est le nom du Seigneur.
Il est élevé au-dessus de toutes les nations, le Seigneur, * et au-dessus des cieux est sa gloire.
Qui est comme le Seigneur notre Dieu, qui habite dans les hauteurs, * et regarde ce qui est humble au ciel et sur la terre ?
Relevant de terre l’homme sans ressource, * et relevant du fumier le pauvre, [21]
Afin de le placer avec des princes, * avec les princes de son peuple.
Qui fait habiter la femme stérile dans une maison * où il lui donne la joie d’être mère de [plusieurs] enfants. [22]
Ant. Sit nomen Dómini * benedíctum in sǽcula.Ant. Que le nom du Seigneur soit béni à jamais.
Ant. 5 Deus autem noster * in cælo : ómnia quæcúmque vóluit, fecitAnt. 5 Notre Dieu est dans le ciel ; toutes les choses qu’il a voulues, il les a faites.
5 Psalmus 113 Psaume 113
In éxitu Israël de Ægýpto, * domus Iacob de pópulo bárbaro :
Facta est Iudǽa sanctificátio eius, * Israël potéstas eius.
Mare vidit, et fugit : * Iordánis convérsus est retrórsum.
Montes exsultavérunt ut aríetes, * et colles sicut agni óvium.
Quid est tibi, mare, quod fugísti : * et tu, Iordánis, quia convérsus es retrórsum ?
Montes, exsultástis sicut aríetes, * et colles, sicut agni óvium ?
A fácie Dómini mota est terra, * a fácie Dei Iacob.
Qui convértit petram in stagna aquárum, * et rupem in fontes aquárum.
Non nobis, Dómine, non nobis : * sed nómini tuo da glóriam.
Super misericórdia tua, et veritáte tua : * nequándo dicant Gentes : Ubi est Deus eórum ?
Deus autem noster in cælo : * ómnia quæcúmque vóluit, fecit.
Simulácra géntium argéntum, et aurum, * ópera mánuum hóminum.
Os habent, et non loquéntur : * óculos habent, et non vidébunt.
Aures habent, et non áudient : * nares habent, et non odorábunt.
Manus habent, et non palpábunt : pedes habent, et non ambulábunt : * non clamábunt in gútture suo.
Símiles illis fiant qui fáciunt ea : * et omnes qui confídunt in eis.
Domus Israël sperávit in Dómino : * adiútor eórum et protéctor eórum est,
Domus Aaron sperávit in Dómino : * adiútor eórum et protéctor eórum est,
Qui timent Dóminum, speravérunt in Dómino : * adiútor eórum et protéctor eórum est.
Dóminus memor fuit nostri : * et benedíxit nobis :
Benedíxit dómui Israël : * benedíxit dómui Aaron.
Benedíxit ómnibus, qui timent Dóminum, * pusíllis cum maióribus.
Adíciat Dóminus super vos : * super vos, et super fílios vestros.
Benedícti vos a Dómino, * qui fecit cælum, et terram.
Cælum cæli Dómino : * terram autem dedit fíliis hóminum.
Non mórtui laudábunt te, Dómine : * neque omnes, qui descéndunt in inférnum.
Sed nos qui vívimus, benedícimus Dómino, * ex hoc nunc et usque in sǽculum.
Lorsqu’Israël sortit d’Egypte, [23] * et la maison de Jacob du milieu d’un peuple barbare,
La Judée devint sa sanctification, [24] * et Israël son empire.
La mer le vit, et s’enfuit, [25] * le Jourdain retourna en arrière.
Les montagnes bondirent comme des béliers, * et les collines comme des agneaux de brebis.
Qu’as-tu, ô mer, que tu aies fui ? * et toi, Jourdain, que tu sois retourné en arrière ?
Montagnes, pourquoi avez-vous bondi comme des béliers, * et vous, collines, comme des agneaux de brebis ?
La terre a été ébranlée à la face du Seigneur, * à la face du Dieu de Jacob.
Qui convertit la pierre en amas d’eaux, * et le rocher en fontaines d’eaux. [26]
NON PAS A NOUS, SEIGNEUR, NON PAS A NOUS, * mais à votre nom donnez gloire.
A cause de votre miséricorde et de votre vérité, * de peur qu’un jour les nations ne disent : Où est leur Dieu ? [27]
Mais notre Dieu est dans le ciel : * toutes les choses qu’il a voulues, il les a faites.
Les idoles des nations sont de l’or et de l’argent ; * des ouvrages de mains d’hommes.
Elles ont une bouche, et ne parleront pas : * elles ont des yeux, et elles ne verront pas.
Elles ont des oreilles, et elles n’entendront pas, * elles ont des narines, et elles ne sentiront pas.
Elles ont des mains, et elles ne toucheront pas ; elles ont des pieds, et elles ne marcheront pas ; * et elles ne crieront pas avec leur gorge.
Qu’ils leur deviennent semblables, ceux qui les font, * et tous ceux qui se confient en elles. [28]
La maison d’Israël a espéré dans le Seigneur ; * il est leur aide et leur protecteur.
La maison d’Aaron a espéré dans le Seigneur ; * il est leur aide et leur protecteur.
Ceux qui craignent le Seigneur ont espéré dans le Seigneur ; * il est leur aide et leur protecteur.
Le Seigneur s’est souvenu de nous, * et il nous a bénis.
Il a béni la maison d’Israël ; * il a béni la maison d’Aaron.
Il a béni tous ceux qui craignent le Seigneur, * les plus petits avec les plus grands.
Que le Seigneur vous accorde de nouveaux biens, * à vous et à vos fils.
Soyez bénis du Seigneur, * qui a fait le ciel et la terre.
Le ciel du ciel est au Seigneur ; * mais la terre, il l’a donné aux fils des hommes. [29]
Ce ne sont point les morts qui vous loueront, Seigneur, * ni aucun de ceux qui descendent dans l’enfer.
Mais nous qui vivons, [30] nous bénissons le Seigneur, * dès ce moment et jusqu’à jamais.
Ant. Deus autem noster * in cælo : ómnia quæcúmque vóluit, fecitAnt. Notre Dieu est dans le ciel ; toutes les choses qu’il a voulues, il les a faites.
Capit. 2 Cor. 6. 1.Capitule
Fratres : Exhortámur vos, ne in vácuum grátiam Dei recipiátis. Ait enim : Témpore accépto exaudívi te, et in die salútis adiúvi te.Mes Frères : nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain. Car il dit : "Au temps favorable, je t’ai exaucé, au jour du salut je t’ai porté secours."
HymnusHymne
Audi, benígne Conditor,
Nostras preces cum flétibus,
In hoc sacro ieiúnio
Fusas quadragenário.
Ecoutez, ô bienveillant Créateur,
Les prières accompagnées de larmes
que nous répandons dans le jeûne
de cette sainte Quarantaine
Scrutátor alme córdium,
Infirma tu scis vírium :
Ad te revérsis éxhibe
Remissiónis grátiam.
O divin scrutateur des cœurs,
Vous connaissez notre faiblesse,
À ceux qui reviennent vers vous
Accordez la grâce du pardon
Multum quidem peccávimus,
Sed parce confiténtibus :
Ad nóminis laudem tui
Confer medélam lánguidis.
Certes nous avons beaucoup péché,
Mais pardonnez à ceux qui le confessent :
Pour la gloire de votre nom,
Portez le remède aux malades.
Concéde nostrum cónteri
Corpus per abstinéntiam ;
Culpæ ut relínquant pábulum
Ieiúna corda críminum.
Donnez-nous de briser
Nos corps par l’abstinence.
Que nos cœurs pratiquent le jeûne
En renonçant à la pâture du péché.
Præsta, beáta Trínitas,
Concéde, simplex Unitas ;
Ut fructuósa sint tuis
Ieiuniórum múnera.
Amen.
Exaucez-nous Trinité bienheureuse,
Accordez, ô simple Unité,
Que soit fructueux pour vos fidèles
L’hommage de nos jeûnes.
Ainsi soit-il.
V/.Angelis suis Deus mandávit de te.V/.Dieu a ordonné à ses Anges.
R/.Ut custódiant te in ómnibus viis tuis.R/.De te garder dans toutes tes voies.
Ad Magnif. Ant. Ecce nunc tempus * acceptábile, ecce nunc dies salútis : in his ergo diébus exhibeámus nosmetípsos sicut Dei minístros in multa patiéntia, in ieiuniis, in vigiliis, et in caritáte non ficta.Ant. Magnif. Voici maintenant le temps favorable, * voici le jour du salut : en ces jours, rendons-nous recommandables de toutes choses, comme des ministres de Dieu, par une grande constance dans les jeûnes, dans les veilles, par une charité sincère.
Canticum B. Mariæ VirginisCantique de la T.S. Vierge [34]
Luc. 1, 46-55
Magníficat * ánima mea Dóminum :
Et exsultávit spíritus meus * in Deo, salutári meo.
Quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ : * ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generatiónes.
Quia fecit mihi magna qui potens est : * et sanctum nomen eius.
Et misericórdia eius a progénie in progénies * timéntibus eum.
Fecit poténtiam in brácchio suo : * dispérsit supérbos mente cordis sui.
Depósuit poténtes de sede, * et exaltávit húmiles.
Esuriéntes implévit bonis : * et dívites dimísit inánes.
Suscépit Israël púerum suum, * recordátus misericórdiæ suæ.
Sicut locútus est ad patres nostros, * Abraham, et sémini eius in sǽcula.
Glória Patri.
Elle glorifie, * mon âme, le Seigneur,
Et mon esprit a tressailli d’allégresse * en Dieu mon Sauveur,
Parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante, * car voici que désormais toutes les nations me diront bienheureuse,
Parce que celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, * et son nom est saint,
Et sa miséricorde se répand d’âge en âge * sur ceux qui le craignent.
Il a déployé la force de son bras, * et il a dispersé les orgueilleux dans les pensées de leur cœur.
Il a renversé de leur trône les puissants * et il a élevé les humbles.
Les affamés, il les a remplis de biens, * et il a renvoyé à vide les riches.
Il a pris [sous sa protection] Israël, son serviteur, * se souvenant de sa miséricorde,
Selon ce qu’il avait dit à nos pères, * à Abraham, et à sa postérité pour toujours.
Gloire au Père.
Ad Magnif. Ant. Ecce nunc tempus * acceptábile, ecce nunc dies salútis : in his ergo diébus exhibeámus nosmetípsos sicut Dei minístros in multa patiéntia, in ieiuniis, in vigiliis, et in caritáte non ficta.Ant. Magnif. Voici maintenant le temps favorable, * voici le jour du salut : en ces jours, rendons-nous recommandables de toutes choses, comme des ministres de Dieu, par une grande constance dans les jeûnes, dans les veilles, par une charité sincère.
Oratio
Deus, qui Ecclésiam tuam ánnua quadragesimáli observatióne puríficas : præsta famíliæ tuæ ; ut, quod a te obtinére abstinéndo nítitur, hoc bonis opéribus exsequátur. Per Dóminum.O Dieu, qui purifiez chaque année votre Eglise par l’observation du Carême, faites que votre famille poursuive par ses bonnes œuvres le bien qu’elle s’efforce d’obtenir au moyen de l’abstinence.


[1] L’Église nous exhorte à considérer dans la chute du jour l’image de la fin de notre vie, de la mort vers laquelle nous marchons. Elle nous invite à porter nos regards vers un autre jour plus radieux et plus durable qui doit succéder aux ombres de la terre. Dans les Psaumes 109, 110, 111, 112 et 113, elle nous montre le Sauveur triomphant qui associe ses élus à sa béatitude : elle nous fait entendre leurs chants d’allégresse, d’admiration, d’actions de grâces et nous invite à nous unir à eux par la foi et le désir, dans l’espérance de les rejoindre un jour. (Abbé Bacuez).

[2] Mon Seigneur. David n’a pu donner ce titre à aucun simple mortel : ce n’est donc qu’au Messie, c’est-à-dire a l’Homme-Dieu qu’il le donne ; Jésus-Christ l’a prouvé aux Juifs de son temps. (Glaire).

[3] Asseyez-vous : Cette expression indique le repos et l’autorité royale. Être à la droite de Dieu, c’est être en la gloire et la majesté suprêmes. Le Fils de Dieu a toujours été l’égal du Père par sa nature divine ; mais quant à sa nature humaine, il n’a été élevé à cette gloire qu’après son Ascension. (Bellarmin).

[4] Le Christ est prêtre à jamais : l’effet de l’unique sacrifice par lequel il a immolé son corps sur la croix demeure pour l’éternité, et c’est encore lui qui offre chaque jour le sacrifice par la main de ses ministres, dans l’Église. il est prêtre selon l’ordre de Melchisédech, car le sacerdoce d’Aaron devait finir, et le Sauveur a pris à la Cène le pain et le vin pour matières d’oblation. (Bellarmin).

[5] Le chemin, c’est le monde. Le prêtre selon l’ordre de Melchisédech a marché dans notre voie ; il a bu du torrent, de ces eaux amères, troublées, et produites par les orages. Il nous l’apprend quand il dit : Mon âme est triste jusqu’à la mort. Mais ensuite il s’est, élevé lui-même, lui qui est la tête de tous les peuples. (Saint Jérôme).

[6] Dieu veut être connu des hommes ; or ses œuvres sont si parfaites qu’elles donnent aux âmes attentives la pensée de leur Créateur. (Saint Chrysostome).

[7] Rien ne peut interrompre le cours de la justice divine, pas même la mort. Pourquoi critiquer la manière dont Dieu exerce sa justice ! Si Dieu avait frappé les coupables dès qu’ils l’ont mérité, vous n’auriez pas le repentir sublime de saint Paul, vous n’auriez pas les martyrs : bien plus, le monde aurait péri depuis bien longtemps. (Saint Chrysostome).

[8] Une nourriture : la manne donnée dans le désert ; mais au sens spirituel le Verbe fait chair, l’Eucharistie. (Glaire).

[9] Selon la vérité : L’Écriture emploie souvent le mot de vérité dans le sens de bonté. Le Prophète veut donc nous faire entendre ici que les œuvres de Dieu offrent un admirable mélange de justice et de bonté. (Saint Chrysostome).

[10] Il est terrible, les démons le redoutent ; il est saint, il faut donc pour le louer des lèvres innocentes. (Idem).

[11] Le commencement : la racine, le fondement, en bannissant le vice de notre cœur pour relever vers le ciel. (Idem).

[12] Par le mot de postérité, l’Écriture désigne souvent, non les enfants qui naissent par voie de génération ; mais la filiation qui résulte de la conformité de la vertu. (Idem).

[13] Sa maison c’est son cœur ; là, fortifié par la faveur de Dieu, il est plus riche en raison de l’espérance de la vie éternelle, qu’il ne le serait dans des palais de marbre. (Saint Augustin).

[14] Les actions des saints sont les fleurs de fruits éternels. (Saint Grégoire).

[15] Qui prête, qui rend service en général. (Crampon). Ce verset du psaume nous dépeint la charité du juste ; il doit être en effet, bon dans ses sentiments, serviable en ses actions, mesuré dans ses paroles.

[16] La crainte n’effleurera pas son âme, car il a mis en dépôt dans le ciel toutes ses richesses et il désire voir se rompre les liens qui l’attachent à la terre. (Saint Chrysostome).

[17] Puissance, littéralement : Corne, qui est employée dans l’Écriture comme le symbole de la puissance et de la force.

[18] Enfants (pueri) ; c’est aussi le sens des Septante ; mais l’hébreu, le chaldéen, le syriaque et les anciens interprètes grecs Aquila, Symmaque, Théodotion, lisent serviteurs ; c’est aussi serviteurs que portent la Vulgate et les Septante dans un endroit parallèle (Ps.134, 1).

[19] Du lever du soleil à son couchant, c’est-à-dire depuis notre naissance jusqu’à la mort. (Saint Jérôme).

[20] Cet indigent couché dans la poussière, ce pauvre gisant sur un fumier, c’est l’humanité coupable et condamnée à mort, mais relevée par la rédemption, purifiée du péché et rendue digne par les mérites de Jésus-Christ, de la gloire du ciel. (Crampon).

[21] Au sens spirituel, la Gentilité a été stérile jusqu’à sa conversion ; l’Église chrétienne est la mère d’innombrables enfants. L’âme qui se consacre à Dieu peut aussi, en restant vierge, lui donner d’autres âmes par ses prières ou ses travaux.

[22] Dans le passé, le peuple sortit d’Egypte avec tout l’éclat du prodige fut délivré, fut guidé et établi en royaume. Quel est l’avenir ? C’est que le peuplee sera tiré de l’Egypte de ce bas monde, sous la conduite du Christ, et placé dans les splendeurs de sa gloire. (Saint Augustin, sur le Ps. 43).

[23] Lorsque le peuple juif en eut pris possession, la Judée fut sanctifiée et consacrée au service de Dieu par le culte et les sacrifices que prescrivait la loi. (Saint Chrysostome).

[24] Le langage du Prophète fait ressortir la promptitude avec laquelle la mer Rouge se retira, la grandeur de ce prodige et la facilité de l’opération divine. (Idem).

[25] La pierre et le rocher amollissent leur dureté naturelle à la voix de Dieu, et l’homme doué de raison, le plus doux par nature des êtres créés, les surpasse tous en dureté ! (Idem).

[26] Le sens de ce verset et du précédent est celui-ci : tu fais éclater ta puissance en notre faveur, non pas tant à cause de nous qui en sommes indignes qu’à cause de ton nom, qui, si tu nous abandonnais, serait en butte aux sarcasmes des nations idolâtres. (Crampon).

[27] L’homme leur devient semblable en son âme quand il ne se convertit pas, car en s’abandonnant tout entier à l’erreur, il cesse de voir, de comprendre, de discerner. (Saint Jérôme).

[28] Le Psalmiste veut nous apprendre par ce verset que Dieu se repose de préférence dans les deux parce que l’iniquité n’y a point d’accès. Mais vous-mêmes, si vous ne vous attachez pas trop fortement à la terre, vous vous élèverez promptement jusque dans le ciel où vous avez droit de cité. (Saint- Chrysostome).

[29] Qui vivons, c’est-à-dire qui avons la foi et les œuvres. (Saint Jérôme).

[30] Ce Capitule désigne les trois personnes de la sainte Trinité : notre divin Sauveur y est désigné sous le nom de Dieu de toute consolation. « Dieu ne nous préserve pas de l’affliction, mais il nous y console. Telle est toujours la conduite de la Providence. » (Saint Chrysostome).

[31] Dans cette Hymne l’Église remercie Dieu du don de la lumière qui fut créée le dimanche, et nous verrons à l’Office férial qu’elle s’inspire chaque jour à Vêpres des bienfaits de la création, en suivant l’ordre mystérieux que nous révèle la Genèse.

[32] Qu’elle frappe à la porte du ciel par ses prières, et qu’elle enlève le prix par ses bonnes œuvres.

[34] Le Magnificat a été placé à Vêpres : 1° parce que c’est la plus solennelle des Heures ; 2° parce que c’est probablement le soir, au terme de son voyage à Hébron, que Marie dut le prononcer ; 3° parce que Marie est l’étoile qui guide les passagers, quand la mer de ce monde leur devient plus obscure. Cet admirable cantique se récite chaque jour, afin que le souvenir du mystère de l’Incarnation soit toujours présent à notre esprit, et qu’il embrase nos coeurs de reconnaissance et d’amour.